NRJ Maroc : Interview Hakim Chagraoui PDG de Radio Planet

Interview de Hakim Chagraoui, PDG de Radio Planet – NRJ Maroc réalisée par « therollingnotes.com »…

TRN : Racontez-nous la genèse du projet de la radio NRJ Maroc ?

HC : La réforme audiovisuelle enclenchée, il y a plus d’une dizaine d’années au Maroc, a permis à plusieurs radios privées généralistes, thématiques et musicales de voir le jour. Au niveau international, les radios ont misé gros sur l’innovation pour devenir plus que des radios. Les radios les plus puissantes sont aujourd’hui des marques événementielles, des médias digitaux 360° et des acteurs incontournables dans le divertissement audiovisuel.

La radio n’est plus consommée comme avant, elle est écoutée, regardée et est encore plus proche de ses auditeurs grâce aux événements. Notre vision est de faire évoluer la radio au Maroc en apportant une solution innovante et de contribuer au divertissement et l’épanouissement de nos jeunes.

TRN : Quels ont été les obstacles et les défis que vous avez eu à relever ?

HC : Notre principal défi est de «marocaniser» NRJ sans choquer les auditeurs qui sont habitués à NRJ France sachant qu’il y a plus de 350.000 auditeurs marocains qui écoutent quotidiennement NRJ France sur le web et application mobile. Depuis le lancement des émissions de la radio NRJ Maroc, le 12 février 2018, nous avons reçu plusieurs appels et messages des auditeurs marocains résidant en France, en Grande Bretagne, en Belgique… qui écoutent d’ores et déjà notre radio.

Nous avons lancé l’activité événementielle le 25 mars 2017. Au bout de six mois d’exercice, nous nous sommes lancés un nouveau défi : notre premier studio était enfin prêt, mais nous avons décidé d’investir dans un nouveau studio plus grand alors que les délais étaient très courts et que le lancement de la radio approchait.

Nous avons également investi dans le recrutement des équipes (animateurs, techniciens, journalistes….) afin d’assurer des programmes à la hauteur des objectifs que nous nous sommes fixés et des attentes des auditeurs.

TRN : Une radio sur Internet seulement… Pourquoi faut-il y croire ?

HC : Nous vivons dans un contexte mouvant pour la culture, le divertissement et les médias. Les technologies évoluent et nos habitudes changent. Si vous prenez l’exemple des postes radio FM commercialisés dans les grandes surfaces, vous verrez qu’ils ont été remplacés par des postes numériques connectés à Internet. Ce n’est qu’un petit exemple parmi d’autres mais nous voyons en cela une perspective de transition.

Aussi, notre radio digitale propose à nos auditeurs le pouvoir de «zapper» une musique et prendre le pouvoir sur ce qu’ils écoutent et ce, grâce aux 220 radios musicales accessibles sur la même application mobile. Il faut croire à la force du digital et aux data précises. Nous savons exactement qui nous écoutent, ce qu’ils aiment écouter et a quel moment de la journée.

TRN : Quel est le premier bilan suite au lancement ?

HC : Nous sommes très satisfaits par les résultats réalisés à date notamment par rapport au nombre de sessions ouvertes par jour, à l’engouement et au succès réalisé par nos radios thématiques. Nous avons aussi mis en place sept concepts déployés à travers une quinzaine d’événements qui ont eu un grand succès auprès des jeunes.

TRN : Votre business model ne se base pas uniquement sur la publicité. Quelles sont vos autres sources de revenus ?

HC : Nous proposons à nos partenaires des offres packages incluant radio, web, social média et événementiel. A partir de ce mois de février, nous enrichissons notre package par une offre affichage outdoor grâce à notre partenariat avec la régie MediaRep.

Nous mettons aussi à la disposition de nos partenaires nos expertises événementielle et artistique pour proposer et mettre en place des événements en marque blanche ou en partenariat avec NRJ.

Nos partenaires pourront aussi exploiter nos datas et Kpis afin d’ajuster leurs prises de paroles.

(Source : therollingnotes.com)

Share Button
Commentez via Facebook :
Commentez via Wordpress :